Categorie : Cooperstown et cie.

La boue de Lena Blackburne

Si on en croît le site de la MiLB, les équipes de Major League utilisent entre 60 et 70 balles en moyenne par match. Avec 162 matchs par équipe, cela fait 2430 matchs en saison régulière, soit un total de balles utilisées en saison qui se situe dans la fourchette 150.000 – 175.000 balles.

Depuis la mort de Ray Chapman en 1920, les arbitres ont l’obligation de changer les balles dès qu’elles sont altérées, faisant passer le baseball de l’Ère de la Balle Morte (Dead Ball Era) à l’Ère de la Balle Vivante. Avant chaque match, l’équipe recevante doit avoir un certain nombre de balles mis à disposition pour la rencontre (actuellement, on parle de 90 balles en MLB). Ces balles vont être confiées aux arbitres qui vont les préparer.

Durant la Dead Ball Era, les frappes, la boue, la pluie, la poussière, les griffures faites par les joueurs et les substances (corporelles ou autres !) mises sur la balle illégalement par les joueurs, notamment les lanceurs, changeaient considérablement la balle la rendant imprévisible, plus difficile à voir… ce qui conduisit à la mort de Chapman. En lire plus…

Jim Creighton, la première superstar du baseball !

 

Sur Honus, nous avons maintes fois parler des injustices du baseball nord-américain, particulièrement dans les intronisations au sein du Hall of Fame, ou plutôt de ceux qui devraient y être et n’y sont toujours pas.

Jim Creighton n’échappe pas à la règle. Il est pourtant celui qui va donner naissance au baseball moderne, à celui que nous connaissons, ce baseball dont le lanceur est l’ultime vedette, celui sur qui tout repose. Car avant lui, le lanceur n’était qu’un donneur de baballe, pas plus important que nos machines à lancer d’aujourd’hui. Et dans bien d’autres aspects du jeu, il va devenir aussi le premier, The One, le pionnier du baseball d’aujourd’hui. En lire plus…

Tinker to Evers to Chance, le légendaire double jeu des Cubs !

These are the saddest of possible words:

Tinker to Evers to Chance.

Trio of Bear-cubs, fleeter than birds,

Tinker to Evers to Chance.

Ruthlessly pricking our gonfalon bubble,

Making a Giant hit into a double –

Words that are weighty with nothing but trouble:

Tinker to Evers to Chance.

En lire plus…

Earl Weaver la teigne

Vous l’avez peut être lu et vu : Earl Weawer nous a récemment quittés. Peu de français le connaissent, lui qui appartient à la génération des fameux coach des sixties, coach à l’ancienne d’un autre baseball, aujourd’hui bien disparu. Earl Weaver a été le manager coach des Orioles de Baltimore durant leur âge d’or, durant pas moins de 18 saisons (1968-1982), re-signant même pour un supplément en 1985-1986.  Honus revient rapido sur l’histoire de cette méga teigne. 

En lire plus…

Zéro pointé à Cooperstown

Le 9 janvier dernier, les résultats sont tombés. Aucun joueur ne sera intronisé en 2013 au Baseball National Hall of Fame, le Temple de la Renommée du baseball américain. Et ce, pour la première fois depuis 1996 ! Cela est arrivé seulement 8 fois depuis la création de cette éternelle demeure des légendes du baseball en 1936. Personne n’a atteint les 75% de votes nécessaire pour y entrer. En lire plus…

Bhonus Disco Demolition Night

Depuis le dernier article paru sur Honus en 2009, de nombreuses photos de la Disco Demolition Night ont été retrouvées. Un match qui part en sucette de cette façon, c’est toujours assez unique, et on remercie Internet pour ces beaux moments. On vous les présente dans cet article Bhonus. En lire plus…

Entretien avec la voix des Expos, Jacques Doucet

 

Pour les cinq ans d’Honus, j’ai eu envie de vous faire plaisir. Je suis donc allé à la rencontre d’une légende du baseball majeur et francophone, celui qui fut la voix des Expos de Montréal de 1969 à 2004, Jacques Doucet.

Jacques Doucet est une personnalité bien connue des amoureux du baseball des années 70 aux années 2000, de ceux qui se plaisaient à écouter un match de MLB en français, une rareté dans l’histoire du baseball majeur ! Comme dit précédemment, Jacques Doucet commenta à la radio les matchs des Expos de Montréal de 1969 à 2004, soit l’ensemble des saisons durant lesquels les Expos existèrent au sein du baseball majeur. Car, pour ceux qui ne seraient pas aguerris à l’histoire de la MLB, il faut savoir que les Expos furent une franchise créée en 1968 et qui vécut au sein du baseball majeur en Ligue Nationale jusqu’en 2004 avant que la franchise ne déménage pour devenir les Nationals de Washington. Ce fut aussi la première franchise créée en dehors des États-Unis et l’unique franchise francophone de l’histoire de la MLB. C’était donc une franchise particulièrement appréciée par les amateurs de baseball en France durant cette période… et encore aujourd’hui. En lire plus…

La tournée au Japon de 1922. Premiers signes de tensions

Sur Honus, on aime bien les tournées américaines surtout celles au Japon, qu’on vous présente au fur et à mesure que l’on retrouve quelques rares photos. Après donc les tournées MLB de 1931 et de 1934, celle des Royal Giants des Negro League de 1927, voici un nouvel épisode des relations ô combien particulières entre les USA et le Japon : la tournée MLB de 1922 ! En lire plus…

Histoires tragicomiques des blessures en MLB. Chapitre I.

Les blessures rythment une saison sportive avec la même importance que les choix tactiques du coach, les transferts, l’ambiance du vestiaire… La Major League Baseball n’y fait pas exception. Sa saison est rythmée par ceux qui vont-et-viennent sur la DL, la Disabled List, l’équivalent de l’infirmerie dans notre jargon sportif français. Ces blessures ont souvent un impact sur une équipe, amoindrissant sa performance, révélant un remplaçant, forçant à des changements tactiques. Mais, régulièrement, elles ont un impact sur le joueur blessé, ralentissant sa carrière, diminuant ses performances jusqu’à sa retraite (souvent forcée par la blessure) ou y mettant fin brusquement. Et, dans quelques rares cas, c’est tout un sport qui peut en être bouleversé. Elles sont parfois dramatiques. Et quelques fois, irrésistiblement drôles. Anodines mais d’une grande importance. Spectaculaires mais peu graves. Elles sont toutes, en tout cas, irrémédiablement liées à l’essence même du sport… quoique ? En lire plus…

La France à la WBC « Field Of Dreams »

 Un soir d’orage, alors que je consultais mes mails dans la moiteur d’un été parisien, je reçus un mail mystérieux, sans adresse d’expéditeur : « si nous y allons, ils viendront… ». Qui m’écrivait ainsi ? Aller où ? Qui viendra ? Etait-ce le mail d’un entrepreneur obscur du Nigéria qui me demanderait d’investir dans sa pseudo-société pétrolière pour ensuite fuir avec mes maigres économies ? En lire plus…

Roger la Roquette est innocent

Et oui, la nouvelle ô combien hallucinante est bien tombée en juin 2012 sur laquelle Honus se devait de revenir : Roger Clemens dit  "Roger la Roquette" est déclaré innocent ! C’est un jury qui l’a finalement innocenté de l’ensemble des poursuites engagées à son encontre suite à un parjure, c’est à dire avoir menti à une Cour lorsqu’il avait affirmé devant le Congrés américain en 2008 qu’il ne serait jamais dopé. On peut dire que c’est une surprise, tellement le piège semblait s’être bel et bien refermé sur le lanceur vedette. Sur Honus, on a pas été les derniers à le considérer déjà bel et bien coupable, comme vous pouvez le constater dans d’anciens articles dés 2009 ( ou ). Alors en tant que bilan, on va tenter ici de dépasser les commentaires simplistes du style "Elle est belle la justice " ou " C’est comme ça c’est les américains…." et essayer de comprendre ce qu’il a bien pu se passer. En lire plus…

Josh Gibson le « babe ruth noir »

C‘est la rediffusion sur une chaine française de l’excellent téléfilm de 1996 "Soul of the game" sorti chez HBO (et exploité sous divers titres en France, "La  couleur dans la peau" ou "Une équipe rebelle" en Dvd) qui m’a donné l’envie de vous conter un des plus grands regrets de l’histoire du baseball, ou des plus grandes injustices selon certains. En lire plus…

Ty Cobb au Japon en 1928

Honus revient sur une légende du baseball, loin d’être la plus populaire, Ty Cobb, à l’occasion de photos retrouvées de sa tournée au Japon en 1928. En lire plus…

Bye Bye le Kid

Putain de sale nouvelle ! Gary Carter, le catcher qui aura ébloui mes yeux de jeune supporter des Mets des années 80, vient de disparaître des suites d’un cancer du cerveau. Bien sur, une disparition à laquelle il fallait s’attendre tant les dernières apparitions publiques de Gary Carter sentaient la maladie et la mort. Mais on ne peut pas s’habituer à voir disparaître ses héros. En lire plus…

Do not cross the Rio Grande !

Depuis toujours, le passionné de baseball professionnel s’émerveille de la rapide du lanceur, du home run du frappeur et du sens tactique du manager. Et parfois même, des analyses du journaliste sportif ou de l’émotion que véhicule le commentateur radio ou télé. Mais le sport est bien ingrat car de cette passion autour de l’athlète, de l’entraineur et de l’équipe, certains en sont écartés. Parfois même, ils sont malmenés. Qui sont-ils ces mal-aimés, ces oubliés ? Les arbitres ! Les scoreurs. ! Tandis que les Babe Ruth, Joe DiMaggio, Ken Griffey Jr et autres Brian Wilson évoluèrent ou évoluent encore dans la lumière, qui, si ce n’est le passionné avisé et connaisseur, pourrait citer le nom d’un arbitre ou scoreur de la MLB ? Et pourtant, sans eux, pas de jeu. Sans eux, pas de SHOW !

En lire plus…