Earl Weaver la teigne

Vous l’avez peut être lu et vu : Earl Weawer nous a récemment quittés. Peu de français le connaissent, lui qui appartient à la génération des fameux coach des sixties, coach à l’ancienne d’un autre baseball, aujourd’hui bien disparu. Earl Weaver a été le manager coach des Orioles de Baltimore durant leur âge d’or, durant pas moins de 18 saisons (1968-1982), re-signant même pour un supplément en 1985-1986.  Honus revient rapido sur l’histoire de cette méga teigne. 

Earl Weaver période Minor league

Earl Weaver a eu une longue carrière de minor leaguer (14 ans) mais n’aura jamais pu jouer dans le Show. Pas eu l’occasion de briller dans un seul match au plus haut niveau, mais Earl Weaver a pourtant été élu au Hall of Fame de Copperstown en 1996. La raison est son coaching, et son ratio de victoires (1480-1060) en 18 saisons, où seule une fois, il aura eu une saison à moins de 500… Weaver collectionnait les victoires, dont 6 saisons à la tête d’une équipe de plus de 100 victoires, et surtout un habitué des World Series, même si elles ont été perdues à l’arraché, en 1969 (contre les Miracle Mets), en 1970 (contre la Big Red Machine)  et en 1971 (contre les Pirates)  !

Earl Weaver fut l’un des coachs les plus rugueux de la MLB et l’un des plus tétus. Sa philosophe de jeu était fondée sur la défense, la défense et encore la défense,…. avec un home run à trois points pour finir. Weaver croyait dur comme fer dans la victoire, qui ne peut se construire que sur la patience. Il ne croyait pas dans le vol de base ou le "hit and run", qui mette la pression sur le coureur et qui pousse le frappeur à s’élancer sur n’importe quoi.

Weaver avec le duo Jim Palmer/ Rick Dempsey

Il souhaitait que ses joueurs soient toujours des professionnels, autorisant le port de la moustache mais pas de la barbe. Agressivité sur le terrain, et amour de la victoire, Earl Weaver était craint sur tous les terrains et détestait la défaite.

Earl Weawer aura marqué les esprits par ses coups de gueule et son nombre records d’expulsion de matchs. Pour défendre ses joueurs, Weaver n’hésitait pas à s’embrouiller avec les arbitres et même leur balancer de la terre dessus.

Weaver et les arbitres (1974)

Si vous croyez que votre coach manque de courtoisie, matez la vidéo suivante de 1980 où Earl Weaver s’embrouille sévère avec l’arbitre Bill Haller à Detroit, après que celui ci ait appelé un Balk sur son lanceur Flanagan.

Les histoires de ses expulsions sont légendaires. Deux de mes favorites sont les suivantes.

Lors d’une dispute avec un arbitre, il se positionne face à lui et lui annonce : " Cette putain de règle, ben je vais aller la vérifier dans le règlement voir si elle existe".

L’arbitre sûr de lui; "Mais prenez le mien, vous verrez, c’est écrit !".

Weaver répond alors : " Oui, mais non, ca marche pas, moi je ne lis pas le braille …. parce que vous êtes un putain d’aveugle d’arbitre ! "… Expulsion !

Une autre expulsion a été justifiée par le fait que Weaver fumait une cigarette dans le dugout en plein match.

Lors du match suivant, Weaver revient avec une cigarette, cette fois ci, en chocolat pour donner le line up à l’arbitre : crac…. nouvelle expulsion !!!

Putain de Weaver !!! Ken Burns a eu bien raison de s’attarder sur son portrait dans son documentaire sur le baseball de l’âge moderne.

 

7 commentaires à “Earl Weaver la teigne”

  1. cyril wallabies dit :

    Ca me fait marrer les teigneux comme lui !

  2. LaHuppe dit :

    Merci Ben#7 un petit mot de temps en temps fait toujours plaisir.

  3. Ben#7 dit :

    Super article décidément jamais déçus de passer quelques minutes sur ce blog. Merci Franco

  4. LaHuppe dit :

    On remarquera que dans la première vidéo, dont on voit quelques instants dans la seconde vidéo, Baltimore est en défense. C’est la première manche, le mec en une se retrouve en deux suite à « ce balk » et il n’y a qu’un seul retrait.
    Il est 19h 39, le match commence à peine, Earl La Teigne se fait sortir du match !
    Et le public en a déjà eu pour son argent. Il suffit d’écouter les clameurs à chaque fois que Weaver se retourne et se dirige vers l’arbitre…

    Et puis cet extrait du doc de Ken Burns : Classe. Merci Ken ! Merci Franco aussi.

  5. LaHuppe dit :

    Y m’font bien marrer le jeunots bien propres et leur image à surveiller. Earl Weaver Reviens s’te plait ! Help

  6. Gaétan dit :

    J’avoue, celle sur le livre en braille, elle est bien amenée ! Nice play !

  7. Fishiguchi dit :

    Magiques, les coups de la clope en choco et du livre de règle en braille !

Laisser un commentaire