Categorie : Cooperstown et cie.

Wax Pack – Dale Murphy aka l’oublié du Hall of fame

 

La carte du mois est consacrée à Dale Murphy, énorme joueur des années 80, hélas totalement oublié de tous et surtout du Hall Of Fame. Avec sa carte  Fleer 1983, il est beau comme un héros américain. En lire plus…

Take Me Out To The Ball Game, la chanson du baseball

Aujourd’hui, Honus vous raconte l’histoire d’une chanson écrite dans les transports en commun en une quinzaine de minutes au début du 20ème siècle et qui est devenue l’hymne non-officiel du baseball. Une success story à l’américaine. Un monument du baseball et un éloge oublié aux droits des femmes.

Un jour de printemps 1908, Jack Norworth est dans le métro aérien de New York. Cet acteur et parolier de 29 ans voit soudain un panneau « Baseball Today – Polo Grounds ». À la fin de son trajet, la chanson Take Me Out To The Ball Game était née.

Jack Norworth, de son vrai nom John Godfrey Knauff, est né à Philadelphie le 5 janvier 1879 dans une famille très religieuse . Il choisit pourtant une carrière peu appréciée dans ce milieu, le théâtre. Il part, à 20 ans, pour New York où il devient un artiste polyvalent : comédien de vaudeville, parolier, chanteur. Il cumule les succès, notamment l’un des grands tubes de l’époque « Shine On, Harvest Moon ». Quand il compose Take Me Out To The Ball Game, Norworth n’a jamais assisté à un match des Big Leagues. C’est le fameux panneau « Baseball Today – Polo Grounds » qui va lui inspirer cette chanson. À la recherche d’un nouveau titre pour son passage à l’Amphion Theater de Brooklyn, quoi de mieux qu’une chanson sur le baseball ? En lire plus…

La carte Topps de Vida Blue

 

La carte du mois du mois d’octobre est celle d’un gars à la cool, le dénommé Vida Blue, pitcher gaucher et également magicien sur le monticule. Le lanceur gaucher qui déchire tout dans les années 70. La carte du mois est celle de la boite Topps 1971 : une photo magnifique et un vrai sourire de gagnant. En lire plus…

La carte de Baseball de Pete

 Pete Rose, c’est un peu l’histoire d’un gars qui avait de vrais cheveux à la place de son postiche. C’est le mec qui pousse à se poser la question suivante  : "Pete Rose ou les Playmobils, qui était le premier ?"  

En lire plus…

Derek Jeter The Captain

Peut être vous l’avez ratée lors du dernier All star game, or vous n’avez pas le droit de ne pas la voir, la dernière publicité par Nike en Hommage à Derek Jeter. Il joue sa dernière saison MLB et tout le monde le sait bien. En tout cas, une publicité que Honus relaie avec plaisir tant elle est belle et signifie le respect profond de toute la communauté du baseball à ce joueur. J’aime beaucoup le flouté sur les joueurs des Mets….Comme disait lahuppe, c’est peut être la première légende du baseball qu’on voit arrêter le show….

 Bon Visionnage. En lire plus…

Mister Padre nous a quittés

 

Choc énorme en début de semaine dernière, Tony Gwynn disparait à 54 ans des suites d’un cancer des glandes salivaires, certainement dû à une consommation excessive de tabac à chiquer. Retour rapide sur une carrière hors normes. En lire plus…

Le Don a passé l’arme à gauche

Don Zimmer vient de disparaître….à prés de 83 ans, c’était un vrai monument du baseball qui aura joué et surtout coaché durant 66 ans toutes les équipes ( ou presque) de la MLB (Padres, Texas, Cubs, Red Sox, Yankees…). En lire plus…

The Shot Heard ‘Round the World : Miracle à Coogan’s Bluff

Aujourd’hui, Honus revient sur ce qui est considéré comme l’un des plus grands matchs de baseball de l’histoire de la MLB. Une histoire de héros glorieux et de renversements inespérés de situation. Une histoire de miracle pour certains et de tricherie pour d’autres. Une histoire pour Honus en somme.

Au début de la saison 1951, la National League promet une course à trois vers le titre de la ligue et une place en World Series. D’un côté, on a les Phillies de Philadelphie des Hall of Famers Richie Ashburn et Robin Roberts. De l’autre, les New York Giants du manager Leo Durocher mais aussi de Monte Irvin et Willie Mays, trois autres futurs membres du Temple de la Renommée. Enfin, venant de Brooklyn, le troisième larron, les Dodgers, future franchise californienne. Ceux de Jackie Robinson, Pee Wee Reese et Roy Campanella, trois autres joueurs qui intégreront Cooperstown. Bien entendu, les trois équipes possèdent toute une ribambelle de joueurs All-Stars. La lutte s’annonce féroce. En lire plus…

Le Baltimore Chop

Le Baltimore Chop n’a rien à voir avec du shopping, non Monsieur l’illustrateur ! Faudra penser à vous licencier…. Non, le Baltimore Chop, c’est le nom d’un geste au bâton pratiqué au baseball et qui a bel et bien disparu de nos jours. Honus s’intéresse à ce coup de Trafalgar, le dénommé "Baltimore Chop". En lire plus…

King Kelly, la première superstar people du baseball !

Il y a quelques mois, nous vous parlions de Jim Creighton, qui fut la première vraie star du baseball et qui, par son pitching rapide et ses performances sportives, avait permis au baseball de franchir une étape pour devenir le National Pastime américain. Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un joueur qui atteint aussi le rang de gloire nationale du baseball et dont le jeu permis au jeu d’évoluer tant dans l’esprit qu’au niveau des règles. Dans un baseball professionnel naissant, il fut la première star people du baseball, voir du sport professionnel, une sorte de croisement de Beckham et de Maradona au 19ème siècle. Et son nom de scène était King Kelly. En lire plus…

La balade de Jim…. de Detroit à Detroit

 

Honus revient sur le départ d’un coach pas comme les autres, celui de Jim Leyland, qui après une carrière de 22 ans quitte les Detroit Tigers, et vraisemblablement la MLB. On le sentait, Jim Leyland était particulièrement ému par la qualification de son équipe lors du titre remporté de la Division centrale. Il avait versé sa petite larme et Tori Hunter était venu le récupérer dans ses bras pour l’emmener célébrer avec le reste de l’équipe. Tout ceci annonçait la fin de carrière. Leyland qui à 68 ans a annoncé qu’il était temps que Detroit trouve un manager plus jeune. En 8 saisons, Leyland a emmené quand même 4 fois les Tigres en playoffs….mais est-ce que les fans de Detroit, et du baseball en général, auront des raisons de regretter cette teigne de Jim Leyland ?  En lire plus…

Joe Ferguson et les World Series 1974

 

L‘hiver est bien là, le temps des World Series est bel et bien fini. Le fan cherche à oublier son ennui à travers les annonces d"éventuels transferts à cout de millions de dollars…(Quoi Ellsbury aux Yankees ???…). C’est donc l’occasion de revenir sur quelques grands moments "historiques" des World Series. Retour sur un coup de génie, il y a bien longtemps, une action défensive "de toute beauté", le lancer de Joe Ferguson lors du match 1 des World Series de 1974.  En lire plus…

Bill Bayne, le lanceur qui n’avait pas peur de Ty Cobb

On l’a déjà vu, Ty Cobb fut le meilleur de son époque. Il régna au bâton lors de la Dead Ball Era et domina outrageusement les lanceurs adverses. Sa moyenne en carrière est, il faut le rappeler, de .367, une moyenne sur plus de 22 saisons, une moyenne qui ne serait donc plus jamais égalée, c’est certain ! Les lanceurs légendaires que furent Walter Johnson le "Big Train" de Washington et Cy Young, le lanceur de Boston (qui a donné son nom au trophée de meilleur lanceur actuel) ne furent pas plus efficaces que les autres contre Ty Cobb. En lire plus…

Effa Manley, la pasionaria des Negro Leagues

 

S‘il est une personne qui se dévoua corps et âme à son équipe, ce fut bien Effa Manley. Elle les aimait ses Newark Eagles de la Negro League. Elle est aimait comme une mère bienveillante, comme une amie dévouée, comme une mécène généreuse et parfois comme une amante passionnée. La vie d’Effa Louis Manley née Brooks est un vrai roman. Origines mystérieuses, révolte sociale, lutte contre la ségrégation, amours interdits et, bien entendu, le baseball. Mais pas n’importe quel baseball, celui des Negro Leagues, ce baseball à la fois puissant et instable ! En lire plus…

Josh Gibson signé par les Pirates ?

Honus revient sur une histoire qui ressemble à un véritable scoop historique : les Pirates de Pittsburgh auraient tenté en 1943 de signer le prodige des negro league, le fabuleux Josh Gibson ! Soit 4 ans avant la signature de Jackie Robinson par les Los Angeles Dodgers, les Pirates auraient tenté de briser le mur des couleurs en MLB !

Ce serait le propriétaire des Pirates Bill Bensawanger qui aurait proposé un contrat à Josh Gibson en 1943 mais Landis le commissionner du baseball rétrograde de l’époque aurait alors apposé son veto.

Les circonstances seraient les suivantes : en 1943, Gibson faisait l’objet de toute l’attention des Washington Senators également et les Pirates ne voulant pas rater l’affaire aurait signé le catcheur à toute vitesse sans prendre toutes les précautions d’usage. Néanmoins, la direction des Pirates aurait finalement fait marche arrière devant les foudres du commissionner Landis.

Alors ce contrat, réalité, légende ou simple rumeur ? Honus mène l’enquête…

En lire plus…