RIP Pascual Perez Mister I-285

 

Honus revient sur la tragique et récente disparition d’un ex joueur de la MLB, Pascual Perez, lanceur latino qui a fait le bonheur des fans des Expos et des Braves des années 80. Pascual Perez a vraisemblablement été abattu lors d’une tentative de cambriolage a son domicile en République dominicaine. Comme cela craint, il n’y a a pas de doute sur la question. Tué par balles à domicile, cela rappelle un peu le destin d’un Ivan Calderon ex star des White Sox et exécuté dans la rue lorsqu’il prenait son café à Puerto Rico. Pascual Perez avait en tout cas l’âge de 55 ans et tout le monde avait perdu trace de lui, notamment en MLB depuis sa disparition en 1991. On ne se rappellera pas de lui forcément pour ses performances et ses statistiques, qui n’étaient pas celui du winner et d’une machine de guerre. Pascual Perez était surtout une véritable "Figure", un pur produit latino des années 80-90, aussi déjanté que peu sérieux, et dont la carrière aura ressenti les travers d’une vie aussi funky que finalement assez obscure.

Pascual Perez avait pour lui la "Grinta" : quand il lançait, il allait se passer certainement quelque chose sur le terrain. Les fans des Expos se rappellent de lui comme d’un gars à la cool, toujours gentil, prêt de ses fans, et doivent encore se demander comment un ostrogoth pareil était venu se perdre dans le froid de Montreal. Pascual Perez pouvait lancer à 95 mph dans ses grands jours et alterner son lancer de quelques lancers paraboles de type eephus, histoire de….et oui, le baseball c’est avant tout du fun, et si on peut plus rire et se moquer de ses adversaires !!

Pascual Perez a pour lui d’avoir fait partie de la grosse équipe des Braves d’Atlanta des années 80, celle bâtie autour du seul Dale Murphy, et donc Perez semblait l’ace en devenir. Perez fut même lanceur lors du All star Game de 1983. Hélas, Perez n’eut pas la carrière promise par son talent.

La raison en est l’usage de cocaïne qui lui couta une méchante suspension de 1 an qui lui valut l’arrêt définitif de sa carrière en 1992, mais surtout un comportement peu professionnel durant toute sa carrière. Perez a notamment été impliqué dans l’incident, resté dans les mémoires comme l’incident I-285. En 1982, Perez est lanceur des Atlanta Braves dont le coach, déjà considéré comme un gars pas drôle, n’est autre que Joe Torrre, le futur coach des Yankees de l’an 2000.

Le 19 aout 1982, Pascual Perez doit être le lanceur partant du prochain match, et c’est annoncé dans la presse et à la radio (pas d’internet à l’époque…). Torre attend son lanceur qui n’arrivera finalement jamais au stade. Perez arrive finalement après le match, et s’explique : il était sur la route I 285 (soit la rocade qui fait le tour d’Atlanta), et il a été incapable de se retrouver, et de trouver la bonne sortie pour récupérer le stade. Perez s’en va même de ses explications fort précises, et explique qu’il a failli finir à sec, et qu’il a pu prendre de l’essence dans une station, en convaincant le gérant qu’il avait pas son portefeuille sur lui, et que donc le gérant lui avait mis de l’essence gratos dans son véhicule. En même temps, Perez était déjà en tenue dans sa voiture selon ses dires donc il était certainement assez crédible dans son délire… On se doutera cependant que les explications fumeuses de Pascual Perez n’aient pas vraiment ravi un Joe Torre, aussi fun qu’aujourd’hui. 

A l’époque, les journalistes s’en s’ont donné à coeur joie sur le coup et un poster est même sorti à l’époque qui retrace les tribulations de Pascual Perez sur son I 285 !

Perez a donc manqué de professionnalisme, pour sur, ce qui a handicapé sa carrière mais Perez a également suscité beaucoup d’incompréhension face à son attitude pour le moins up and downs. Manifestement sous l’influence de la cocaine pris à doses massives, Pascual Perez est allé même jusqu’à disparaitre de la surface du globe en 1991. Il joue chez les Yankees en sa fin de carrière et les choses semblent bien se passer. Il quitte les Yankees à la fin de la saison, et va pourtant disparaitre totalement des Etats Unis. Mal du pays ? Dettes de jeu contractées ? Histoire personnelle compliquée ? Même son agent de l’époque n’arrivera plus à le joindre, et il partira même tenter de le convaincre de reprendre le sport en République Dominicaine… rien n’y fera. La suspension de 1992 achèvera sa carrière. Perez était perdu pour le baseball pro et il va disparaitre ainsi jusqu’à cette date du 1er novembre 2012 ou l’on retrouve son corps dans une maison assez modeste de San Gregorio de Nigua, sa ville natale.

Pascual Perez aura donc eu la trajectoire d’un joueur bis, aussi attachant qu’étrange, bien marqué par les excès et par la drogue. Un pur produit Miami Vice finalement. 

RIP Mister I-285. 

 

BHONUS :

Un interview en langue québecoise de 1989 du phénomène ! 

 

4 commentaires à “RIP Pascual Perez Mister I-285”

  1. Ben#7 dit :

    Merci pour cet article

  2. Fishiguchi dit :

    Magnifique poster !

  3. yann dit :

    une belle histoire de vie ce Pascual !

  4. LaHuppe dit :

    Quoi ?! Pas de commentaires ?! Une légende ce mec ! Depuis le coup de salopards de la MLB concernant les Expos, il manque un truc en ligue majeure ! Il manque les Expos ! Maintenant c’est définitivement business…

    Pascual un mec qui se plante sur un périph’ mais capable de lancer l’eephus !

Laisser un commentaire