MLB, un univers en expansion ?

 

Le nouveau commissaire du baseball, Rob Manfred, a évoqué à de nombreuses reprises depuis la prise de ses fonctions l’idée d’une expansion du nombre de franchises MLB. Tout comme l’idée de déménager certaines franchises, l’idée d’une expansion revient régulièrement. Les deux débats se mélangent d’ailleurs allègrement puisque, depuis quelques temps déjà, on parle d’un possible retour du baseball majeur à Montréal. La piste la plus chaude serait le déménagement des Rays de Tampa Bay dont l’affluence est famélique. Mais si les Rays restaient en Floride, l’expansion serait l’autre solution pour revoir le Baseball Majeur dans la Belle Province.

La dernière expansion de la MLB date de 1998 avec l’arrivée des Rays et des Diamondbacks d’Arizona.

Honus a décidé de donner un coup de main à Rob Manfred dont les nouvelles fonctions nécessitent des conseils avisés. Des conseils honusiens en somme.

Montréal

C’est le choix numéro 1 de tout le monde. C’est même l’évidence car Montréal a eu la chance d’accueillir une franchise MLB de 1969 à 2004 avec les fameux Expos. Ce fut d’ailleurs la première franchise à l’extérieur des frontières états-uniennes. Une équipe qui a fourni des joueurs de légende comme Tim Raines, Gary Carter ou encore Vlad Guerrero. Puis Montréal a été, avec les Royaux de Montréal en 1946, l’équipe de Jackie Robinson alors que le club québécois était le club école de AAA des Dodgers de Brooklyn.

Nostalgie

L’unique franchise francophone de l’histoire de la MLB suscite encore beaucoup d’attente au Québec (voir au delà) et offrirait au Baseball Majeur une opportunité de s’implanter durablement dans le monde francophone, en particulier en France, un marché très important en Europe. Et puis, les Expos auraient du gagner les World Series en 1994 si la grève des joueurs ne s’en était pas mêlée. Rien que pour ça, le retour des Expos s’impose ! Car oui, la franchise devra porter le nom "Expos". Si ce n’était pas le cas, ce serait une hérésie.

Montréal, le choix numéro 1 d’Honus bien évidemment.

La raison ultime de choisir Montréal : Entendre de nouveau Jacques Doucet commenter les matchs des Expos.

Pourquoi ne pas choisir Montréal : Aucune raison. Alors, justement, Rob, on se remet au travail fissa fissa sur le dossier ! Tabarnak !

Ligue : National League.

Un documentaire en français sur nos chers Expos. Retrouvez les autres volets sur Youtube également.

Portland

Choix surprenant de la part du nouveau commissaire du Baseball Majeur puisque le baseball à Portland a connu une histoire compliquée. Son équipe, les Beavers, a fermé boutique trois fois dont la dernière en 2010. En voyant cela, on se dit que Portland et le baseball, ça fait deux. Mais c’est oublié que Portland a accueilli l’équipe la plus géniale que le baseball professionnel ait connu, l’équipe des Mavericks.

Quoi ? Vous ne connaissez pas l’histoire de l’équipe la plus cool de l’histoire du baseball ? Pourtant Honus vous avait parlé du documentaire, The Battered Bastards of Baseball, qui racontait l’histoire de cette équipe indépendante évoluant pourtant en Ligue Mineure et créée/dirigée par Bing Russell, acteur de second rôle à Hollywood et père du grand acteur Kurt Russell, lui-même ancien joueur pro (en Ligues Mineures et pour les Mavs).

Les Mavs redonneront tout son sens au terme "balayage" dans le baseball

La raison ultime de choisir Portland : Revoir une vraie équipe badass de baseball avec Kurt Russell à sa tête.

Pourquoi ne pas choisir Portland : Parce que le baseball organisé a tout fait pour liquider les Mavs et on ne voudrait pas d’une pâle copie aseptisée formatée pour la MLB.

Ligue : National League.

Bande Annonce de The Battered Bastards of Baseball, le docu à voir absolument !

Charlotte

Charlotte fait partie des villes qui ont demandé à accueillir une franchise MLB. Logique pour la 17ème ville du pays qui compte parmi les cités les plus dynamiques des États-Unis. Une ville sportive qui est déjà le territoire de jeu d’une franchise NFL, les Carolina Panthers, et d’une franchise NBA, les Charlotte Hornets. Cette dernière compte comme propriétaire Michael Jordan, fan de baseball et ancien Minor Leaguer. On peut penser que la légende du basket pourrait être un soutien de poids pour un projet de franchise MLB à Charlotte. Jordan à Charlotte, Magic aux Dodgers… Dream Team !

Legend

De plus, la Caroline du Nord est une terre de baseball historique et compte encore aujourd’hui de nombreuses équipes amateurs de qualité ainsi que des équipes de Minor Leagues dont les Charlotte Knights et les fameux Bulls Durham.

La raison ultime de choisir Charlotte : c’est le prénom de la fille du rédacteur de cet article (aucun parti pris voyons).

Pourquoi ne pas choisir Charlotte : le risque est trop grand de voir Michael Jordan retenter sa chance au baseball.

Ligue : American League.

C’est plus sympa de revoir les meilleurs moments de Michael sur un parquet.

Las Vegas

Actuellement, la ville mythique des casinos et des hôtels fastueux possède une équipe de AAA, les Las Vegas 51′s, évoluant dans la Pacific Coast League et affiliée aux New York Mets. Une ville avec une telle renommée et une telle puissance financière peut-elle se contenter de l’antichambre de la MLB ? D’un autre côté, Las Vegas est une ville de touristes et seul 24 % de la population est y est née. D’ailleurs, l’équipe de AAA possède la pire affluence de sa ligue.

Disons-le clairement : Las Vegas est un choix tentateur et très risqué. Un choix digne de la ville du Jeu en somme.

Casham Stadium de Las Vegas. Normal. Rien à voir avec le GM des Yankees, Brian Cashman… quoique !

La raison ultime de choisir Las Vegas : Le baseball comme excuse pour une virée entre potes (black jack, filles, poker, filles, roulette, filles, machines à sous, filles…). Un vrai Very Baseball Trip ! Ça marche aussi pour les virées entre copines.

Pourquoi ne pas choisir Las Vegas : Céline Dion.

Ligue : American League.

Le meilleur argument pour Las Vegas reste Las Vegas

Albuquerque

Leur équipe s’appelle les Isotopes comme l’équipe de Springfield dans les Simpsons. Ce seul argument fait autorité.

Une équipe de champions

La raison ultime de choisir Albuquerque : Vous n’avez pas lu ce que je viens d’écrire ?

Pourquoi ne pas choisir Albuquerque : ben… Albuquerque.

Ligue : American League, National League.

Comment la France a appris l’existence du softball. 

Nouvelle Orléans

Montréal est trop francophone pour le Baseball Majeur ? Pourquoi ne pas couper la poire en deux alors ? La Nouvelle Orléans ! Voilà une ville à laquelle les fans du monde entier issus de la langue de Molière pourraient s’attacher tout en gardant pied sur le sol américain. Et puis, si la MLB se fait appeler le Show, qui mieux que la Nouvelle Orléans peut faire le Show avec son canarval très… chaud !

De plus, la Nouvelle-Orléans n’a jamais accueilli une équipe MLB. Actuellement, le baseball pro y est représenté par les Zephyrs, équipe de AAA des Miami Marlins, évoluant en Pacific Coast League comme les Las Vegas 51′s. Néanmoins, l’affluence n’est pas super et comme Las Vegas, le bassin de population n’est pas très important. De plus, cette région est avant tout une terre de football américain. Actuellement, la capitale symbolique de la Louisiane accueille une équipe NFL, les Saints, et une équipe NBA depuis 2013, les Pélicans (nom d’ailleurs d’une ancienne équipe de Ligues Mineures de la ville). Une équipe MLB serait l’équipe de trop dans ce petit marché ?

À Mardi Gras, on rend hommage au baseball

La raison ultime de choisir la Nouvelle Orléans : La soirée au stade promet pour Mardi Gras. Soirée immanquable !

Pourquoi ne pas choisir la Nouvelle Orléans : Le Hot-Dog d’Alligator, c’est peut-être too much pour la MLB.

Ligue : National League.

Sympa cette fête de quartier.

Hermosillo

Le Mexique fait parti des cibles potentielles d’une expansion de la MLB pour le commissaire Manfred. Il faut dire que le Mexique est une terre de baseball. Elle possède sa ligue professionnelle depuis 1925, la Liga Mexicana de Beisbol. Et des villes comme Mexico, 9 millions d’habitants, ou Monterrey, plus d’un million d’habitants, peuvent aisément accueillir une équipe MLB. Elles possèdent déjà de très bonnes équipes de baseball et des stades à forte capacité. Ce sont aussi des villes sportives avec, notamment, de grands clubs de football. Ce sont aussi les villes les plus riches du pays. Monterrey est même à la frontière américaine, un plus pour écourter les voyages des équipes. Le Mexique promet une ouverture plus grande sur le marché hispanophone (bien plus prometteur que le marché francophone de Montréal avouons-le… mais le Mexique n’a pas de poutine !).

Hector Espino, El Babe Ruth mexicano

Mais soyons clairs, si une équipe mexicaine devait avoir le droit d’accueillir une équipe MLB, ça ne peut être que la ville qui accueilla durant 24 saisons le Babe Ruth mexicain, Hector Espino. Les Hermosillo Naranjeros évoluent dans la ligue pro hivernale de la Liga Mexicana del Pacifico et a remporté la Serie del Caribe en 2014.

Hermosillo est l’un des centres économiques et industriels du Mexique, comptant un peu plus de 700 000 habitants et proche des États-Unis. Elle a été élue l’une des 5 meilleures villes mexicaines pour y vivre et est surnommée "Ciudad del Sol", la Ville du Soleil. Le cadre parfait pour établir une franchise MLB. Et puis, une ville et une équipe qui ont accueilli, en plus d’Espino, des joueurs comme Larry Walker, Dimitri Young ou Curt Schilling, méritent bien une chance.

La raison ultime de choisir Hermosillo : célébrer la légende Hector Espino.

Pourquoi ne pas choisir Hermosillo : cela a moins de panache que Tijuana (voir ci-dessous).

Ligue : American League.

Un peu de beisbol latino avec ce résumé de match des Naranjeros de Hermosillo. 

Tijuana

La MLB est devenue un monde aseptisé. Drogues, cartels mexicains, bordels, casinos… si on veut retourner la MLB, Tijuana est la ville qui s’impose. Elle possède déjà une équipe de la Liga Mexicana de Beisbol, les Toros, se situe à la frontière américaine et la franchise MLB pourra confectionner ses maillots et goodies à très bas prix dans les maquiladoras de la ville, véritables usines de l’esclavage moderne.

100% sans drogue… quoique !

La raison ultime de choisir Tijuana : la volonté de détruire la MLB à travers les cartels mexicains de la drogue ?

Pourquoi ne pas choisir Tijuana : pour éviter la destruction de la MLB par les cartels mexicains de la drogue.

Ligue : American League, DEA Baseball League.

En immersion chez les Toros de Tijuana.

 

 

Les commentaires sont fermés.