Animaru, Maître de ses émotions

Dans la série : "Je suis un "closer" et je suis le plus fort", les exemples ne manquent pas, FVS vous a décrit certains spécimens dans ses articles.

Ici, Honus souhaite vous présenter un personnage haut en couleur, un closer comme on les aime, un Homme qui se caractérise par ses prouesses sur un monticule et ses goûts pour la bonne musique et les fringues classieuses

Un Homme ?! Mais que dis-je ! Non, point un Homme, mais un Animal, voire un Animaru (prononçons tous ensemble : A NI MA LU… merci)… On s’est posé la question de savoir s’il ne s’agissait pas d’un autre Manimaru, mais non plus, c’est bel et bien d’une bête sauvage dont il s’agit. Cet être surprenant, effrayant possède un état civil à l’origine : Brad Lesley.

Animalu/ Animal San, pourquoi un tel surnom ? Une pilosité prolifique, une taille correcte et enfin une extériorisation des plus marquantes sur la butte, d’autant qu’il aura trouvé un théâtre à la hauteur de ses représentations : la NPB, en bref, le Japon, ses stades et ses chaines de télévision…

Brad Lesley  est américain à sa naissance, puis il se transformera en 1986  en rejoignant les Hankyu Braves (Ligue Pacifique > ils deviendront les Blue Waves de Kobe par la suite…) Il devient à cette occasion le premier closer d’import de l’Histoire de la NPB. En effet jusqu’à cette époque, les préférences étaient pour des frappeurs (de puissance s’il vous plait…)

Brad Lesley (BL) à son arrivée "ne connaissait pas la langue, la nourriture, le pays…" mais qu’importe puisque "le Baseball reste le Baseball" ! BL veut apprendre, découvrir et après 2 mois au pays du soleil levant, il découvre le pays, les gens sont sympathiquement sympas ! La nourriture est terrible ! Mais le baseball "marche à l’envers" ! En effet, le rôle du Closer est nouveau à cette époque dans le championnat NPB, son utilisation presque anachronique.

Il faut se rendre compte qu’un lanceur partant est une star et que le sortir d’un match est un manque de respect, tant pour le joueur, son statut, mais aussi pour la maison mère et ses valeurs, ainsi un closer pouvait-il entrer en jeu une fois l’avance perdue…

Si, pour Brad, le baseball était avant tout un jeu, un métier où la finalité était de gagner, il va vite comprendre qu’au Japon, l’important était l’investissement à l’entrainement. Un joueur pouvait avoir un match à 4 pour 4, dont le hit pour la victoire, il suffisait que le lendemain, son entrainement ne soit pas bon et Hop! sur le banc….

Bref, c’est une autre Culture du Baseball à laquelle le petit Brad doit s’adapter… ce qui ne l’empêche pas de garder un instinct de "killer" à chacune de ses apparitions, qui se soldent le plus souvent par un brelan de K et un save.

Sa première saison se solde par une fiche de 5 victoires, 3 défaites, 19 saves et un ERA de 2.63… pas très parlant ? Les frappeurs de la ligue n’ont compilé qu’une maigre moyenne offensive de .180 face au Bonhomme, ajoutons qu’il ne concèdera qu’un coups de circuit en 2 saisons.

Pour sa défense Animal san précise qu’il l’a concédé dans un petit stade. Quand on est modeste, on l’est souvent pour la vie !

Outre l’esprit d’équipe assumé des franchises japonaises, les joueurs sortant tous ensemble le soir après les matchs, le championnat NPB aura permis à Animal San d’asseoir sa célébrité. Que dis-je ! Faire d’une semi-folie et d’un goût très sûr une marque de fabrique bien au delà du seul milieu "baseballistique"…

Ainsi un soir où il dinait avec un Yokozuna (le plus haut rang au Sumo, bref un demi Dieu…) Yasushi Onokuni de son nom, Brad pose une question : Quel est donc ce geste que vous faites à la fin d’un combat lorsque l’arbitre vous tend l’enveloppe ? Réponse : cela s’appelle "Kokoro" (le coeur en japonais) ce qui signifie que nous acceptons l’argent de tout nôtre coeur…

Résultat simple, court et précis… Après chaque K lancé par Animal San, le geste du "kokoro" mais façon Animalu ! Une vraie marque de fabrique était née ; sans parler des concours pour les fans, les marques d’affection pour son receveur, ses coéquipiers, les médias…

Un statut de "Star" qui l’éloigne des terrains de Baseball, chanson, émission de télévision avec Takeshi Beat...

Un closer et un "show Man", Merci Champion ! Par contre, pour le goût on repassera une autre fois, enfin je dis ça, je dis rien moi… gentil Animalu… gentil… pas grogner… Honus/ Animalu amis pour la vie… tu le sais ! 

Malheureusement, l’Animal nous a quitté le 27 avril dernier. C’est donc un gros Merci Mec ! qui clôt le match et chapeau l’artiste !

Un cowboy sans son cheval ni son monticule dans les rues d’Edo, foudroyant les méchants ?! C’est Animal San !

http://youtu.be/WREbcAG1gOI

Un style inimitable ?! C’est Brad !

http://youtu.be/qcVrWkgvPOg 

R.I.P Animal San

 

5 commentaires à “Animaru, Maître de ses émotions”

  1. Benji #7 dit :

    Super article lahuppe ;-)

  2. LaHuppe dit :

    Enfin lui il était tout simplement Moustacouillu…

  3. Roq31 dit :

    Ca c est du lanceur comme on les aime, moustachu et couillu!!!

  4. Fishiguchi dit :

    C’est en quelque sorte un des « parrains sprituels » d’Honus qui s’en va…
    Merci LaHuppe pour cet hommage à un joueur/personnage que nous aimons tous.

  5. francovanslyke dit :

    L’actualité a rattrapé la légende ! Un bel hommage quant à ce personnage hors normes.

Laisser un commentaire