Exclu ! La légende du softball Jennie Finch sur Honus !

En exclu sur Honus, un cadeau de Noël magnifique pour nos lectrices et lecteurs avec la toute première interview sur un site francophone de la grande star mondiale du softball, Jennie Finch.

Jennie Finch, un nom bien connu des amateurs de softball en France et, pour tout dire, peut-être le seul. Car, s’il est aisé de citer facilement une dizaine des plus grands noms de la MLB, seul un cercle restreint de passionné-es pourront vous énumérer les stars de la National Pro Fastpitch, la ligue professionnelle du softball féminin américain. Et dans le monde, si certaines joueuses jouissent d’une certaine célébrité comme Cat Osterman, aucune n’a eu ou n’a actuellement atteint la popularité de Jennie Finch qui, malgré une retraite sportive entamée en 2010, incarne encore le softball au niveau international.

Il faut dire que la joueuse californienne cumule des performances sportives historiques, une attitude de grande championne généreuse et une plastique de rêve. Tous les ingrédients pour une success story à l’américaine qui va charmer tout le pays.

Jennie débute le softball à l’âge de 5 ans et s’initie au pitching à 8 ans sous l’égide de son coach de père. Au lycée de La Miranda (Californie), elle est déjà une athlète accomplie, capitaine des équipes de softball, de basketball et de volleyball, récoltant les récompenses personnelles les unes après les autres. Même topo à l’université d’Arizona où elle excelle entre 1999 et 2002. Élue trois fois meilleure lanceuse et première base des États-Unis et récipiendaire deux fois du prix Honda Sports récompensant la meilleure athlète dans chaque discipline universitaire, Jennie va aussi battre les records. En 2002, elle établit le record NCAA de victoires consécutives comme lanceuse avec 51 parties remportées. Elle finira avec 60 victoires consécutives.

Lors de son année Junior (3ème année), elle remporte 32 victoires pour aucune défaite, nouveau record NCAA une nouvelle fois. En quatre participations aux Women’s College World Series avec son équipes, les Wildcats, elle va toujours atteindre le dernier carré avec notamment le titre en 2001 et une finale en 2002. Jennie marque tellement l’histoire de son université que celle-ci retire dès 2003 son numéro, le 27, la date du premier rendez-vous de ses parents. Toujours durant ses quatre années universitaires, Jennie retire un total de 1028 frappeuses.

2004 est l’un des très grands moments de sa carrière puisqu’elle remporte le titre suprême du softball avec une médaille d’or aux Jeux Olympiques d’Athènes. Elle y remporte deux victoires comme lanceuse avec en tout 13 K pour seulement un hit, un BB et aucun point concédé notamment contre l’Italie et le Canada contre lesquels elle starte. Elle revient aux JO de 2008 à Pékin mais cette fois-ci les États-Unis s’inclinent en finale face au Japon. Là encore, Jennie va ressortir du tournoi olympique sans aucun point concédé, lançant contre le Vénézuela, Taïwan et la Chine. Depuis, elle n’a eu de cesse de militer pour un retour du softball aux JO.

Entre ses deux médailles olympiques, la lanceuse a rejoint en 2005 le championnat professionnel américain de softball féminin créée en 2004, la National Pro Fastpitch, au sein de l’équipe des Chicago Bandits. Elle y évolue jusqu’en 2010 collectionnant un titre de champion en 2008, la récompense de Co-Pitcher of the Year 2005 avec sa coéquipière Lauren Bay, deux matchs parfaits (en 2009 et 2010) et des stats démentielles comme un ERA de 0.11 en 66.2 innings en 2007 notamment. Immense lanceuse, frappeuse solide, Jennie fut un élément déterminant pour développer une NPF naissante, surtout qu’à côté de ses performances en NPF et équipe nationale, elle multiplie les challenges médiatico-sportifs comme en affrontant avec succès des Major Leaguers confirmés tels Albert Pujols, Mike Piazza ou Brian Giles.

Bien entendu, elle continue également de briller au niveau international et amasse les titres collectifs et individuels dont quatre coupes du monde et trois championnats du monde. Mais en 2010, alors qu’elle remporte successivement une coupe du monde, un championnat du monde et la saison régulière NPF, elle décide de prendre sa retraite sportive afin de s’occuper de sa famille. En 2005, elle se marie avec Casey Daigle, joueur de Major League Baseball en 2004, 2006 pour les Diamondbacks et en 2010 pour les Astros. Maman désormais de trois enfants, Jennie reste toujours impliquée dans le softball en plus de plusieurs œuvres caritatives qu’elle gère ou soutient.

Il serait fastidieux d’écrire tout ce que Jennie Finch a accompli individuellement ou collectivement. Mais ce qu’elle a accompli a été un exceptionnel moteur pour le développement du softball tant internationalement qu’au niveau professionnel. Un engagement pour le softball à la hauteur de son amour pour le jeu.

C’est donc un grand honneur que de recevoir sur Honus cette légende du softball.

 

Bonjour Jennie. Tu as commencé le softball à 5 ans. Pourquoi le softball et non le baseball ?

Mes frères ont joué au baseball et assez heureusement notre ville possédait une équipe de softball pour les filles .

Quelles sensations éprouves-tu quand tu joues au softball ? Qu’est-ce qui te plaît dans ce sport ?

Le softball est ma passion, j’aime y jouer. Je suis la plus heureuse lorsque je suis sur le terrain avec mes coéquipières, combinant travail dur et compétition !

Quand et pourquoi as tu décidé de jouer au softball au haut niveau ? Tu souhaitais en vivre quand tu étais plus jeune ?

C’était un honneur d’avoir l’occasion de jouer professionnellement dans la National Pro Fastpitch League. J’étais ravie de pouvoir jouer, porter l’uniforme, et disputer des matches au-delà de l’université et à l’étranger. Quand j’étais jeune, je n’en ai pas eu l’occasion , il n’y avait pas de Pro League pour les femmes.

Tu as arrêté assez tôt ta carrière pour donner plus de temps à ta famille. La compétition ne te manque pas ?

Le Seigneur a placé une paix en moi. Il était temps d’élargir notre famille et découvrir de nouvelles opportunités et relever d’autres défis. Je suis bénie de pouvoir être encore connectée dans le milieu. Je fais camps et des cliniques de softball , des allocutions, et je suis toujours activement impliquée dans le jeu.

Tu restes très impliqué dans le softball. Tu as même créé une académie, des camps. Peut-on espérer te revoir un jour comme coach en NPF ou de Team USA (voir un autre pays) ?

J’aimerais pouvoir le faire, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. J’aime encadrer et aider les autres, j’espère un jour pouvoir entraîner lorsque mes enfants seront plus âgés .

D’ailleurs, peut-on espérer un jour des camps « Jennie Finch » en Europe, particulièrement en France ?

Ce serait incroyable! J’aimerais aider au développement du jeu et partager notre sport. Oui, faisons tout pour que cela arrive un jour!

Doublé médaillée aux JO donc l’or à Athènes, as tu bon espoir d’un retour du softball et du baseball aux JO ?

Mon coeur est plein d’espoir. Nous travaillons dur dans ce sens. La Confédération mondiale Baseball et Softball ne renonce pas . Mon espoir est que le base-ball soit de nouveau un sport Olympique pour les Jeux de Tokyo en 2020.

Pour revenir aux JO, le baseball et le softball se sont réunis au sein de la WBSC. En fait, ils ont copié la réussite de ton couple, un Major Leaguer et une pro de la NPF, non ?

Nous avons besoin les uns des autres . J’espère que la collaboration sera bénéfique pour notre cause. Nous devons nous développer au sein de la NPF, nous aimerions avoir plus de soutien et d’aide de la MLB.

Vos enfants sont plutôt baseball comme papa ou softball comme maman ?

Le plus grand joue au baseball . Nous verrons ce que l’avenir nous réserve pour les deux plus jeunes. Quoi qu’ils fassent, je voudrais simplement qu’ils trouvent leur passion et qu’ils soient à leur meilleur !

Quel-les athlètes t’ont inspiré jusqu’à aujourd’hui ?

J’étais éblouie par Lisa Fernandez quand j’étais petite. Son éthique de travail et sa quête de l’excellence ! C’était un rêve devenu réalité de jouer et d’apprendre à ses côtés.

Comment expliques-tu que les meilleures joueuses de softball, y compris aujourd’hui avec internet, ne soient pas ou peu reconnues, notamment en dehors des États-Unis ? Que faudrait-il faire pour que le softball obtienne une meilleure reconnaissance ?

C’est stupéfiant d’assister à l’expansion de la femme dans le sport! ! C ‘est donc encourageant de voir des femmes en compétition au niveau professionnel et ce dans de nombreux sports! Cela me brise le cœur de ne pas voir notre sport et ses joueurs obtenir la reconnaissance qu’ils méritent . Mon rêve est qu’un jour cela soit possible. Nous devons continuer à construire, partager, de plus en plus et à y travailler dans le monde entier !

Merci Jennie !

Traduction : Keith Sarver et Jean-Luc Leroy.

Interview en VO de Jennie Finch

 

En bHonus, Jennie Finch sur ESPN Sport Sciences

 

 

2 commentaires à “Exclu ! La légende du softball Jennie Finch sur Honus !”

  1. [...] 40 articles publiés dont une interview exclusive de la légende du softball mondial Jennie Finch. Nous avons également accueilli un nouvel auteur, Fred, qui nous a fait suivre avec passion [...]

  2. [...] Sur l’excellent site français HONUS une entrevue de la légende Jennie Finch , Bravo les gars ICI   [...]

Laisser un commentaire