Nippon Series 2017

 

Le samedi 28 Octobre s’ouvrent à Fukuoka les 68ème Nippon Series. Une édition qui verra s’opposer les Hawks pour la Pacific League aux BayStars pour la Central League. Si les Hawks sont des habitués de l’évènement avec 18 apparitions, les BayStars n’en seront qu’à leur troisième participation, les deux dernières en 1960 et en 1998 apportant tout autant de titres à la franchise du Kanagawa.

Commençons par la Central League et ses BayStars. Oui ils sont en finale. C’est assez déconcertant de l’écrire mais ça fait un bien fou. Certes chez Honus nous sommes peu à l’avoir dit, mais la rengaine a fini par devenir réalité. Ils étaient pourtant loin d’avoir les faveurs des pronostics. Les Carp, les Tigers et les Giants voilà le trio donné gagnant en début de saison. Oui mais oui mais non.

Les Carp ont remporté la saison régulière, répétant 2016, ils finissent avec une fiche de 87 W 51 L et 4 T (match nul). Seconds, les Tigers avec une fiche de 78 W 61 L et 4 T et troisième les BayStars avec 73 W 65 L et 5T. Ces derniers se seront battus une bonne partie de la saison avec les Giants qui finissent à seulement 2 matchs de Yokohama. Un écart arrêté lors de la dernière semaine. Au bout du bout du suspens.

Pour gagner le droit d’aller en Nippon Series, il ne suffit pas de remporter la saison régulière, non non, il faut remporter les Climax Series. Un système de playoffs en deux phases. D’abord le first stage où le second reçoit le troisième au meilleur de trois rencontres. Ensuite le final stage où le champion de la saison régulière reçoit le vainqueur du first stage au meilleur de sept rencontres, une victoire bonus est attribuée au champion. Une façon de reconnaitre son parcours et son statut de champion. Les Carp avaient donc une victoire d’avance/ bonus.

Au terme d’un first stage pluvieux et boueux et malgré le soutien de leurs fans du Koshien les Tigers sont éliminés. Yokohama l’emporte deux victoires contre une. L’équipe emmenée de main de maître par Ramirez Kantoku gagne le surnom de RainStars.

Dès le lendemain une pluie familière et des Carp champions attendent les BayStars à Hiroshima. Les rouge et blanc sont les logiques favoris. Non seulement ils ont remporté un second fanion CL d’affilé avec 14,5 matches d’avance sur Yokohama, troisième, mais ils ont également l’avantage d’un W bonus. Un statut de favori affirmé par le gain du match deux en cinq manches. Un called-out qui aura pour conséquence de lancer la fusée Yokohama sur orbite. Les Baystars remportant quatre matchs d’affilé, entrecoupés de deux rain-out. Les Carp, sans Suzuki Seiya et sans Eldred blessés s’inclinent à la surprise générale, sauf celle d’Honus branche BayStars qui y croie depuis toujours.

Quelques joueurs de Yokohama à "surveiller" lors des Nippon Series : Imanaga Shota (11 W 7 L 140 K et 2.98 era), Hamaguchi Haruhiro (Rookie / 136 K), Joe Wieland (10 W 2 L 112 K et 2.98 era), le closer : Yamasaki Yasuaki (26 SV et 1.64 era)

Côté frappeurs, le trio 3/4/5 : Jose Lopez (1B, MVP des Climax, .301, 30 HR,105 Rbi) la Star : Tsutsugoh Yoshitomo (LF, .284, 28 HR, 94 Rbi) et le batting champion 2017 de la CL : Miyazaki Toshiro (3B, .323)

 

Ceci étant dit, nous ne vous cacherons pas plus longtemps que la tâche sera rude pour Yokohama puisque l’équipe sera confrontée au rouleau compresseur NPB que sont les Fukuoka Softbank Hawks. Ces derniers ont écarté de la course à la Classique japonaise les Tohoku Rakuten Eagles grâce à leur victoire 7-0 dans le game 5. Il convient de noter qu’ils enregistrent également le retour de leur pépite de l’outfield, Yanagita Yuki, sérieux candidat à la distinction de MVP.

Après avoir lâché les 2 premiers matches des Climax, les champions de Pacific League alignent 3 victoires de rang et s’inscrivent dans cette toute nouvelle tradition de NPB : "les Hawks écrasent le Japon du Baseball". Rien que ça ? Et bien, vous aviez quand même noté que depuis 2010, la franchise a remporté 5 fanions et 3 Nippon Series ? Une nouvelle victoire en 2017 participerait à les hisser aux côtés des mythiques Seibu Lions des années 80/90 avec 6 séries remportées entre 1985 et 1992, laissant dans leur grande mansuétude le millésime 1989 aux Yomiuri Giants.

Mais revenons aux Hawks et tentons de dresser un rapide listing des forces en présence : Alfredo Despaigne et Yanagita Yuki ont tous deux dépassé la ligne des 30 home runs (respectivement 35 et 31). Matsuda Nobuhiro les talonne avec 24 longues balles. Les Hawks dominent le Japon en terme de muscle avec 164 Home runs et se classent troisièmes sur les runs avec 638. À titre d’exemple, Yokohama c’est 134 home runs (dont 28 pour le seul Tsutsugoh et 30 pour Jose Lopez) et 597 runs.

Du côté du monticule, il n’y a pas de pitching staff dans toute la NPB qui peut se targuer d’un meilleur ERA que celui des jaunes et noirs. : 3.22, ceci grâce notamment aux starters : Higashihama Nan (16 W 5 L) et Senga Kodai (13 W 4 L). La relève est dynamique et s’appuie sur les bras de Mori Yudai, Iwasaki Shota et Livan Moinelo pour ne citer qu’eux. La lourde tâche de plier boutique revient à Dennis Safarte, dit le "King of closer" en toute simplicité : son record NPB de 54 Saves et ses 102 K en 66 innings sont là pour prouver que ce surnom n’a rien d’usurpé.

Vous l’avez compris les Hawks sont favoris sur le papier d’autant qu’ils ont remporté deux parties sur les trois disputées face à Yokohama lors des Interleagues de juin dernier.

Cependant, Tsutsugoh, le slugger chouchou d’Honus, nous a promis de faire tout son possible. Cette paire de circuits qu’il a claquée dans le match 5 des Climax entretiennent l’espoir. Il est indéniable que les BayStars ont encore beaucoup de travail à fournir pour s’affirmer comme une force consistante de Central League mais l’heure n’est pas à ce type de considérations : réussir à atteindre les Nippon Series en faisant fi de leur retard de 14,5 matches sur les Carp est déjà un tel exploit (Qui a parlé de Hold-up ?!) que vous auriez bien tort de les sous-estimer…

 

Game 1 (Fukuoka Yahuoku! Dome) : 28 octobre 2017 – BayStars@Hawks : 1-10 (Résumé vidéo ICI - Match complet ICI)

La veille du 1er game des Nippon Series, Dennis Sarfate (le closer des Hawks) a expliqué que son équipe avait la meilleure rotation, le meilleur line-up et le meilleur bullpen de la Ligue. Difficile de le contredire après une telle ouverture de la classique Japonaise.

Sur la butte, Kodai Senga muselle les battes de Yokohama tandis que Yuya Hasegawa fait parler la poudre grâce à son two-run home run : il sera l’un des 4 Hawks à comptabiliser au moins 2 RBIs ce soir. Une 5ème manche à 7 runs scelle la déroute des bleus : le score passe d’un tranquille 3-1 à une belle claque 10-1 que les 36.183 spectateurs du Dôme ont sûrement dû apprécier.

Après le match, le manager des BayStars, Alex Ramirez, confiera avoir ressenti de la nervosité parmi les siens. Il faudra donc digérer cela dès demain pour ne pas être distancé…

 

Game 2 (Fukuoka Yahuoku! Dome) : 29 octobre 2017 – BayStars@Hawks : 3-4 (Résumé vidéo ICI – Match complet dès que possible)

C’est en 7ème manche, après une très très longue session de visionnages des ralentis, que ce Game 2 va tourner : Kenta Imamiya est déclaré safe au marbre et les Hawks prennent l’avantage d’un match très serré (4-3). Le catcher de Yokohama, Yasutaka Tobashira, malgré un jeu au millimètre, ne pourra rien y changer. Livan Moinelo puis le closer Dennis Sarfate se succèderont avec succès sur le monticule pour conserver cette courte avance.

Malgré un bon start de Shota Imanaga, la 7ème manche sera fatale aux BayStars : le pinch hitter de Fukuoka, Kenji Akashi, s’illustre sur un lead-off double aux dépens du releveur Tomoya Mikami (il avancera en 3B sur un sacrifice bunt). Yuki Yanagita le ramène au marbre sur un simple soutiré à Yoshiki Sunada (le score est alors de 3-2 pour Yokohama). Spencer Patton abandonnera ensuite un walk à Seiichi Uchikawa : les bases sont remplies lorsque Akira Nakamura se présente à la frappe. Le “Lefty Sniper”, de ce hit au champ droit qui lancera moult débats, permet aux Hawks de faire le break : ils mènent la série 2-0. Direction Yokohama pour le match 3 après une petite journée de repos.

 

Game 3 (Yokohama Stadium) : 31 octobre 2017 – Hawks@BayStars : 3-2 (Résumé vidéo ICI – Match complet dès que possible)

Une date particulière pour le baseball de la Préfecture de Kanagawa : les BayStars accueillent une rencontre de Nippon Series pour la première fois depuis le titre de 1998. Pour l’occasion, le club a confié le 1er lancer du match au mythique ancien closer Kazuhiro “Daimajin” Sasaki (129 saves en Major League). Malheureusement, après ces festivités, les choses s’enveniment rapidement : Seiichi Uchikawa (1ère manche) et Hiroaki Takaya (en photo ci-dessous – 4ème manche) donnent l’avantage aux Hawks malgré un start difficile de leur artilleur droitier, Shota Takeda (seulement 4 manches 1/3). En réaction, Kudo-kantoku tente d’embrouiller l’alignement adverse en faisant largement appel à son bullpen déjà très efficace tout au long de la saison régulière. Joli coup : Shuta Ishikawa, Shinya Kayama, Yuito Mori, Livan Moinelo, Sho Iwasaki et Dennis Sarfate se succèdent sur la butte et ne lâcheront qu’un tout petit run sur les 4 manches 2/3 restantes.

Moinelo livre d’ailleurs une performance particulièrement cruciale puisqu’il prend le monticule en 7ème manche pour affronter 3 des frappeurs les plus consistants de Yokohama : Takayuki Kajitani, Jose Lopez et Yoshitomo Tsutsugo. Bilan : Un liner sur le shortstop et 2 strikeouts. Une formalité.

À présent, Yokohama n’a tout simplement plus le droit à l’erreur…

 

 

Game 4 (Yokohama Stadium) : 1er novembre 2017 – Hawks@BayStars : 0-6 (Résumé video ICI – Match complet dès que possible)

Rarement une confrontation de lanceurs aura si bien résumé l’esprit d’une Série : Pour tenter le sweep, Kudo-kantoku aligne le très expérimenté gaucher Tsuyoshi Wada (plus de 300 matches pros startés) tandis que les BayStars parient sur la jeunesse du rookie Haruhiro Hamaguchi. Un solide professionnel (chouchou d’Honus qui plus est) opposé à un gamin faisant face au match de sa vie.

Trève de suspense, Hamaguchi a été magistral : il ne lâchera pas le moindre hit à l’une des meilleures attaques du Japon pendant 7 manches 1/3. Grâce aux home-runs de Toshiro Miyazaki et Shuto Takajo, c’est une large victoire 6-0 qui couronne la superbe prestation du tout jeune starter gaucher. 

Épaulé par une paire de beaux jeux de ses équipiers, Hamaguchi aura eu tout d’un grand ce soir grâce notamment à une “nasty” changeup. Le bilan de sa sortie de 119 lancers est on ne peut plus solide : 7 strikeouts, 2 walks et un seul hit en 7 manches 2/3. Il rejoint Shinji Sasaoka (Carp 1991) et Minoru Murayama (Tigers 1962) au rang du 2ème plus long start sans concéder de hits en Nippon Series (c’est Daisuke Yamai qui détient le record de 8 perfect innings avec les Chunichi Dragons lors du Game 5 des Nippon Series 2007).

La série est à 3-1 et il reste un match à jouer à Yokohama. 

 

Game 5 (Yokohama Stadium) : 2 novembre 2017 – Hawks@BayStars : 4-5 (Résumé video ICI – Match complet dès que possible)

Rick van den Hurk startait ce Game 5 pour SoftBank face à Kenta Ishida pour DeNA. Après avoir scoré leur traditionnel run en 1ère inning (ce fut le cas dans chaque match à l’exception du Game 4) par le biais d’un simple puis d’une base volée d’Imamiya suivi d’un RBI Double de l’inusable Uchikawa, les Hawks sont dépassés en 4ème manche (double de López puis two-run home run de la brute Yoshitomo Tsutsugo).

Fukuoka repasse devant (4-2) en 5ème : Sacrifice Fly de Despaigne puis 2 Run HR de Nakamura. La réponse des BayStars ne se fait pas attendre : en 6ème manche, ils égalisent sur un RBI Double de Tsutsugo et un RBI Single de Miyazaki (en photo ci-dessous). Un autre point est marqué sur une erreur du Seconde Base des Hawks, Kenji Akashi.

Yasuaki Yamasaki, le closer de Yokohama, fait son apparition sur le monticule en 8ème inning à 2 retraits mais avec 2 coureurs sur les sentiers. Il réussit à se tirer de cette sale affaire pour ensuite charger les bases en 9ème et potentielle dernière manche : il faut croire que Yamasaki aime le danger car il parviendra à glaner un save ô combien important sans pour autant lâcher de run. Le score se maintieindra à 5-4.

Dans ce dernier match de 2017 face aux 27.180 spectateurs du “HamaSta”, les BayStars ont fait en sorte de prolonger un peu leur saison.  Ils repartent pour Fukuoka en restant dominés (3-2 sur l’ensemble de cette Série aux meilleurs des 7 matches) mais le suspense est totalement relancé…

 

Game 6 (Fukuoka Yahuoku! Dome) : 4 novembre 2017 – BayStars@Hawks : 3-4 (Résumé video ICI - Match complet dès que possible)

On y aura cru jusqu’au bout mais non, pas de Game 7 ! La faute à Seiichi Uchikawa, Dennis Sarfate et Keizo Kawashima qui permettent aux Fukuoka SoftBank Hawks de remporter les Nippon Series 2017.

Alors que Yokohama menait 3-1 jusqu’en 7ème inning (puis 3-2 en 8ème), Uchikawa catapulte la «  Deux Coutures » du closer du Kanagawa, Yasuaki Yamasaki. C’est ce solo shot en 9ème qui amènera les prolongations. Kawashima aura ensuite l’honneur de cogner le sayonara hit synonyme de libération pour les 36.118 spectateurs du Yafuoku Dome.

C’est seulement la 4ème fois que des Nippon Series se bouclent sur un walk-off (Mainichi Orions en 1950, Yomiuri Fuckin’ Giants en 1965 et Seibu Lions en 1988, équipe dans laquelle lançait Kimiyasu Kudo, l’actuel coach des Hawks. Il fut pour l’anecdote auréolé de la win du Game 3 de ces Series 88). D’ailleurs, puisque nous parlons de Kudo, on ne se rend peut-être pas suffisamment compte du palmarès du bonhomme : 11 Nippon Series en tant que joueur, 2 fois MVP (1993 & 1999), 8 fois All-Star et depuis ce week-end, 2 Séries Japonaises en qualité de manager ainsi qu’une multitude d’autres consécrations.

Toute la dramaturgie de ce match tient dans le fait qu’après 3 défaites de rang pour ouvrir les Séries, Yokohama ne fut qu’à 2 petits retraits de « forcer » le match 7 (le petit détail qui fait mal : l’auteur du HR égalisateur, Seiichi Uchikawa, a passé 10 saisons chez les BayStars…).

Il ne faut malgré tout pas occulter la performance tout à fait honorable du starter des Bleus, Shota Imanaga : il strike 11 batteurs en 7 manches, concède une paire de runs et ne lâche que 2 hits.

Autre gros fait d’arme à souligner côté Hawks : Dennis Sarfate et ses 3 manches blanches (9ème, 10ème et 11ème) alors que le closer n’aura jamais lancé plus d’une inning par sortie tout au long de la saison. Le King of Closer est pour beaucoup dans la victoire finale de son équipe et les officiels ne s’y sont pas trompés : il est logiquement nommé MVP des Séries Nippones.

Reste maintenant à savoir ce que nous réserve la saison 2018 de Yokohama, il sera très intéressant d’observer la capacité (ou non) de la franchise à se hisser durablement au niveau des autres grands de la Ligue Centrale tout d’abord puis de la NPB ensuite. Ce parcours en play-off laisse d’ores et déjà présager de bien belles choses…

 

Les commentaires sont fermés.