HONUS… What else ???

Honus… Ce blog de culture baseball se nomme ainsi en hommage à Honus Wagner.

Avec un nom pareil, qui est ce gars ? Peut être l’un des plus grands joueurs de baseball de l’histoire, d’une très ancienne époque, fin du XIXe siècle-début du XXe siècle, époque où les rares photos des joueurs sont forcément en noir et blanc.Johannes Peter "Honus" Wagner est né en 1874 dans la région de Pittsburgh et joua pour les Pirates de Pittsburgh équipe à laquelle il resta fidèle le long de sa longue carrière (pour être plus précis, il débuta chez les Louisville Colonels, équipe MLB en 1897-1899 avant d’être tradé avec 14 de ses coéquipiers vers la nouvelle franchise MLB de Pittsburgh en 1899).

Honus

Le premier contact que j’ai eu avec Honus, c’est par le biais d’une collection d’une cinquantaine de cartes de baseball présentant les grands joueurs de l’histoire du baseball dans les années 1980.

Même à coté de stars comme Babe Ruth, Ty Cobb, cette carte d’un joueur rude et très old timers détonnait. Qui c’est ce vieux ? Cette cinquantaine de cartes ramenées à la hâte par un oncle en voyage aux States était pour moi une mauvaise surprise. C’est quoi tous ces joueurs en noir et blanc, rien à cirer, moi je veux du Dwight Gooden ! Eh oui, c’étaient les années 80 où j’étais fan des Mets…

 Honus

Bien plus tard, quand la déception fut passée, j’ai ré-ouvert ce paquet de cartes et j’ai commencé à lire les infos derrière chacune d’elles. Honus Wagner, avec ses 100 kgs, ses mains de géants et ses deux mètres jouait short stop : il ressemblait plus à un poids lourd qu’à un freluquet du style de Ozzie Smith, ou de Tony Fernandez !

L’examen de ses stats étonne : en carrière, cela fait peur ! Encore de nos jours, prés de 100 ans après, il est toujours dans le top 10 en hits (3415), doubles (640), triples (252), vols de bases (722) et dans le top 20 en points scorés (1736), RBI (1732) et matchs joués (2792). Sa moyenne en carrière est de .329.

Bref, ce gars là cognait et était certainement là pour faire rentrer les points.

Vu que c’était un Myke Tyson qui jouait short stop, le baseball de ces années-là devait être différent, me suis-je dit. Mais, bon, j’en savais rien de toute façon. En même temps, dans les années 1980, lorsqu’on s’intéressait au baseball, on se sentait un peu seul.

Bien plus tard, le documentaire de Ken Burns consacré au Baseball éclaira à nouveau ce joueur. Je compris que le baseball de cette époque était des plus virils. Gants rudimentaires, terrains pourris, bagarres fréquentes, joueurs issus des milieux industriels et campagnards, pas spécialement des chochottes les joueurs du début du baseball pro.

Honus fut le grand rival de Ty Cobb, des Tigers de Detroit, autre salopard de l’époque et Wagner, le « flying dutchman », par ses prouesses en défenses et au bâton était le joyau de la ligue pro. Un commentaire d’un autre joueur Tommy Leach résumait le phénomène :

« Honus est certainement le meilleur 3ème base, mais aussi le meilleur 1ère base, le meilleur seconde base, le meilleur short stop et le meilleur outfielder. Il est vraiment trop fort en défense. Et depuis 8 ans, on sait aussi que c’est le meilleur frappeur. Ah, j’oubliais, c’est aussi le meilleur voleur de bases ».

John McGraw le légendaire coach des New York Giants dit de lui qu’il était ce qui s’approchait le plus de ce qu’on peut appeler le joueur parfait.

Quand Honus rencontra Ty Cobb en World Series en 1909, ce fut le rendez-vous des teignes. Lorsque Ty Cobb frappa un hit et arriva en 1ere base, il annonça à Honus qu’il allait voler la 2eme base, Honus sur le tag explosa la mâchoire de l’arrogant : 3 points de sutures plus tard, Ty Cobb revient jouer sur le terrain. Mais c’est Honus qui sortit vainqueur du duel. Il vola 6 bases durant ces World Series, dont le marbre, et les Pirates gagnèrent les World Series.

Honus, icône d’une autre époque.

En cadeau, la carte de Honus Wagner, la légendaire T 206 de 1909 imprimée sur des paquets de tabac, d’une valeur de plus de 2 millions de dollars, que j’ai -bien sûr- été obligé de braquer à son ancien propriétaire.

Honus

Bonus : La carte de Honus Wagner est une telle icône que Woody Hart en a fait sa propre version beaucoup plus rock n roll.

Honus par Woody Hart

 

9 commentaires à “HONUS… What else ???”

  1. [...] et un pourcentage de présence sur base de .402, le deuxième derrière Honus Wagner. C’est, de plus, un autre joueur rapide sur base pour les [...]

  2. francovanslyke dit :

    Le manque d’article et créer le manque, c’est tout un plan marketing en fait…

  3. Gaétan dit :

    Stef, tu ne connais pas ton malheur ! Comme toi, je suis tombé par hasard sur ce site ! J’ai dévoré durant un mois tous les articles (au taf, c’était l’été, c’était calme !) et puis plus rien ! le manque, les frissons, etc. J’ai du me shooter moi-même… et écrire des articles ! terrifiant !! ;)

  4. francovanslyke dit :

    Et oui, pas d’inquiétude ! Tu as de quoi lire au moins ! N’oublie pas de t’inscrire sur la page Honus facebook et tu pourras suivre les avis de parution des nouveaux articles !

  5. Beru dit :

    @Stef : Nan, mais c’est même quelques années après que tu découvres ce site.

    Mais ne t’en fais pas, il n’est jamais trop tard pour se mettre à Honus…

    Bienvenue à toi en tout cas.

  6. Stef dit :

    Et quelques mois encore après… je découvre ce blog… MERDE, mais comment ais-je pu passer à côté depuis tout ce temps ?!

    Bravo les gars, Bravo Honus !

  7. Beru dit :

    3 ans apres, Franco finit enfin son article !!! :p

  8. francovanslyke dit :

    un article remanié en 2011…. Honus rules !

  9. francovanslyke dit :

    Woody Hart donne une version plus rock’n'roll de la fameuse carte T206

Laisser un commentaire